Blog

Ces 2 valeurs (l’état et la propreté) étaient jusqu’à lors liées l’une à l’autre pour ce qui concerne les plastiques que l’on a choisis de stocker sans attendre. C’est ainsi qu’il était possible d’indiquer qu’un plastique était à la fois propre et en bon état, ou propre mais en mauvais état.

J’ai décidé d’aller plus loin en dissociant ces 2 valeurs.

Il est ainsi désormais possible de renseigner l’état de propreté et l’apparence du plastique séparément :

Etat :

  • Intact
  • Intact à une rayure près
  • Une déchirure
  • Plusieurs déchirures
  • Difforme
  • Méconnaissable

Propreté :

  • Parfaitement propre
  • Propre
  • Une trace de salissure
  • Quelques traces de salissure
  • Sale
  • Très sale

L’idée d’un contenant baptisé ‘Plastibelle’ (contraction des termes ‘plastique’ et ‘poubelle’) qui permette un stockage de ses plastiques usagés en vue d’alimenter des projets de réemploi, réutilisation, recyclage et de retour en magasin est née d’une prise de conscience effectuée par étape et décrite dans les articles suivants :

Il existe un schéma récapitulatif du principe général de la plastibelle tiré d’un article cité ci-dessus dont je vous recommande la lecture si vous ne devez en lire qu’un :

Aujourd’hui la plastibelle nécessite son propre site web où nous allons collectivement réfléchir et discuter de la forme à lui donner afin de répondre notamment aux questions suivantes :

  • Comment la rendre accessible au plus grand nombre ?
  • Comment la rendre facile d’utilisation ?
  • Comment la rendre durable dans le temps ?
  • Quels matériaux utiliser pour la fabriquer ?

Le nom de domaine plastibelle.fr a déjà été créé par mes soins mais il nous reste maintenant à mettre en route un site web dédié qui servira d’espace à nos échanges.

Si vous êtes partant pour devenir co-créateur(trice) du site web plastibelle.fr puis au sein de celui-ci de la conceptualisation et de la fabrication de la plastibelle à proprement dit, merci de manifester votre intention en commentaire ci-dessous ou par le biais de ma page de contact.

Une fois que nous aurons constitué un petit groupe de travail, j’ouvrirai un espace de discussion privé sur platibelle.fr où nous pourrons commencer nos discussions en commun sur les questions évoquées et d’autres soumises par chacun des co-créateurs.

Un mot sur les finances : la réservation du nom de domaine plastibelle.fr a nécessité le versement de 6 € TTC pris en charge par mes soins. Pour ouvrir l’hébergement et commencer la publication de page, il faudra compter 1 € HT par mois pendant la première année puis 8 € HT par mois les années suivantes. C’est relativement indolore mais je vous présenterai néanmoins un mode de financement collaboratif original déjà éprouvé par ailleurs et qui fonctionne. Celui-ci servira par ailleurs aux autres frais éventuels qui se présenteront sur notre chemin à mesure que nous concrétiseront la plastibelle au plus du plus grand nombre.

Un mot sur les droits de création qui s’en suivront : le site plastibelle.fr Lire plus

Dans mes précédents articles concernant la plastibelle, ici et , j’ai parlé de celle-ci comme d’une solution mise en place à un niveau individuel mais rien n’empêcherait qu’une plastibelle voit le jour au sein d’un groupe et bien au contraire. Pour prendre mon cas, je suis locataire dans un appartement situé dans un immeuble composé de 6 appartements au total. Nous disposons d’un local à poubelle collectif dans lequel siègent un container à poubelle de déchets ménagers et un container de tri où nous déversons nos déchets individuels respectifs. Une fois à 2 fois par semaine et comme des millions de foyers en France nous sortons ces 2 containers pour qu’ils soient vider par les services municipaux de ramassage des déchets.

Une 3ème poubelle, une plastibelle, pourrait aisément venir compléter les 2 premières.

Elle permettrait qu’il y soit déversé les emballages plastiques qui ne sont pas habilités à être jetés dans les 2 autres poubelles et qui, on le sait, perturbent les centres de traitement des déchets municipaux du fait qu’ils sont souvent affectés au mauvais container.

Ensuite soit une personne de l’immeuble se chargerait d’emporter les plastiques usagés contenus dans la plastibelle vers des projets de réutilisation, de réemploi, de recyclage ou de retour en magasin demandeurs, soit les services municipaux trouveraient un intérêt à les ramasser selon une pratique et une fréquence à définir.

Cela pose la question de la forme que doit prendre la plastibelle. Il faut qu’elle puisse recevoir séparément les plastiques composés de résines différentes.

Il est temps de travailler à cette forme et ce sera l’objet de la prochaine publication sur ce blog.

Carrefour

J’ai posté différentes publications relatives à Carrefour sur Plastique mon amour! dont la première date du 26 septembre 2019. Chacune d’elles étaient relayées sur mon compte twitter personnel, comme ici, ici ou . Un premier retour de Carrefour a eu lieu le 24 octobre. J’ai adressé à l’enseigne ma réponse. Puis j’ai posté un tweet le 3 novembre 2019 en réaction à l’ouverture de leur plateforme Mission Zéro Plastique. J’ai poursuivi par le publication d’une lettre annoncée dans un tweet du 7 novembre 2019. Carrefour m’a répondu le jour même et j’ai apporté à leur réponse des commentaires. Le 19 novembre 2019 j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le responsable RSE de l’enseigne. Ce dernier m’a adressé un message sur twitter après notre rencontre et pour rebondir sur mes tweets. Je lui ai répondu dans la foulée. J’ai poursuivi le 26 novembre 2019 en soumettant Carrefour à de nouvelles remarques ainsi qu’une proposition. Il n’y a pas eu de réponse de la part de l’enseigne à ce jour.

Picard

J’ai effectué une publication relative à Picard sur Plastique mon amour! datée du 15 octobre 2019. Je l’ai relayée sur mon compte twitter personnel. Le lendemain l’enseigne poste un commentaire auquel je réponds. Nous échangeons ensuite par message privé sur twitter. Je relance l’enseigne par un tweet. Picard me répond par message privé. Elle ne pourra pas donner suite.

Danone

J’ai effectué une publication relative à Danone sur Plastique mon amour! le 27 septembre 2019. J’ai l’ai relayée sur mon compte twitter personnel. Le 19 novembre 2019 j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec la secrétaire générale de l’entreprise Danone. Cette dernière m’a adressé un message sur twitter après notre rencontre Lire plus

J’ai enrichi la rubrique chantiers collaboratifs en cours de 2 nouveaux chantiers que voici :

Chantier 6 : Identifier des projets de retour en magasin respectueux du vivant, de la planète et des générations futures susceptibles de recourir à des plastiques usagés
Page d’origine • Accéder au chantier →

.

Chantier 7 : Définir les critères d’un projet ‘respectueux du vivant, de la planète et des générations futures’
Accéder au chantier →

28 novembre 2019

Pour faire suite à mon précédent article ‘Le retour en magasin des plastiques usagés stockés dans sa plastibelle‘ j’ai réalisé 2 schémas illustrant le concept, le premier sans plastibelle et le second, avec.

cliquez sur les images pour un agrandissement

Circuit habituel d’un emballage plastique (sans plastibelle)

Circuit d’un emballage plastique avec plastibelle

Note : le point d’interrogation au centre de la plastibelle est là pour signifier que la plastibelle peut recevoir des emballages plastiques dont la résine de fabrication n’a pas (encore) été identifiée.

Ce qui complète l’article initial : une fois les plastiques usagés incorporés à la plastibelle, ils peuvent en plus d’être reversés dans la poubelle de tri en vue d’un recyclage (A) ou déposés en magasin / supermarché () venir alimenter un projet de réutilisation (C) ou de réemploi local (D) ce qui ne nécessitera pas donc dans ces 2 cas de dépôt en magasin / supermarché ou dans la poubelle de tri.

Comme exprimé dans l’article initial cette fois : lorsque le détenteur d’une plastibelle décide de venir déposer ses plastiques usagés en magasin / supermarché () parce que ceux-ci n’ont pas destination de recyclage évidente offerte par la poubelle de tri habituelle (A), ceux-ci vont être stockés par le magasin ou le supermarché en vue de nourrir des projets de réemploi (E) ou de réutilisation (F) respectueux du vivant, de la planète et des générations futures. Je précise maintenant de surcroît que ces projets de réemploi et de réutilisation peuvent être soit distants (acheminement par un véhicule de l’enseigne) ou locaux. Concernant ce dernier point (locaux) la magasin ou l’enseigne de supermarché a l’avantage de réunir en un seul endroit, de “massifier”, les plastiques usagés issus d’une multitude de détenteurs de plastibelle et qui pourront ensuite être remis en une seule fois aux porteurs du projet de réemploi ou de réutilisation.

Enfin, il est évoqué la possibilité d’un retour en magasin / supermarché des plastiques usagés Lire plus

26 novembre 2019

Plutôt que d’enfouir ou d’incinérer 97% des emballages plastiques* (hors bouteilles et flacons en plastique) qui ne trouvent pas de destination de recyclage, je propose que nous les stockions chez nous individuellement dans un contenant dédié à cette fin que nous nommerions ‘Plastibelle’ (contraction des termes plastique et poubelle). La plastibelle n’a pas vocation à remplacer la poubelle de déchets ménagers habituelle mais à la compléter, à siéger à côté d’elle. Le stockage ainsi opéré doit être fait avec l’intention que les plastiques stockés trouvent le chemin d’une valorisation par recyclage, réutilisation ou réemploi respectueuse du vivant, de la planète et des générations futures.

C’est la démarche initiée par le présent site web Plastique mon amour!

C’est au détenteur des plastiques de remettre ses plastiques à de tels projets dont il est prévu qu’il soit recensés dans la rubrique PROJETS sur ce présent site web.

Aujourd’hui j’estime qu’il faut aller plus loin. Des projets de recyclage, réutilisation et réemploi existent en France mais ne courent pas nécessairement les rues. En outre les quantités remises doivent atteindre un certains volume pour être viables à l’attention de tels projets ce qui ne peut être le cas encore à ce stade. En conséquence le stockage effectué chez soi peut servir d’étape préparatoire à une étape de stockage qui aurait lieu de surcroit dans le magasin ou supermarché où a été acheté les produits qui ont donné lieu aux emballages. C’est à dire que les détenteurs particuliers ou entreprises qui décideraient de stocker chez soi leurs plastiques dans leur plastibelle, apporteraient leur plastiques d’une même résine de plastique au magasin ou supermarché en vue qu’un stockage de masse y soit opéré. Lorsqu’un projet de réemploi ou de réutilisation serait identifié, cette masse de plastique d’une même résine lui serait remise après un acheminement par camion opéré par la chaine de magasin ou de supermarché.

Un mot sur le volet du recyclage : les détenteurs de plastiques pourront envisager de sortir de leur Lire plus

Je pense qu’il est utile de préciser quels sont mes liens avec l’industrie du plastique car il ne fait nulle doute qu’il y aura des personnes pour se poser la question du pourquoi du comment du présent site web et bien que j’ai clarifié ce point dans la rubrique A propos de et les pages qui lui sont attachées.

Je n’ai aucun lien avec l’industrie du plastique.  

Il y a eu un lien lorsque j’ai été investi à créer une filière de valorisation des CD et DVD usagés de juin 2016 à juin 2018 (j’en parle ici) filière dont je n’aurais pas été le propriétaire mais l’architecte. J’étais alors en contact avec un recycleur de plastiques pour écouler les stocks de CD et DVD usagés (95% de plastique). Mais ce lien avec le recycleur n’existe plus aujourd’hui et c’est le recycleur qui a coupé les ponts avant que je ne ferme ma société au sein de laquelle je m’investissais à créer la filière.

Vous savez tout.

J’ai réalisé une page au sein de laquelle je présente la codification internationalement utilisée pour distinguer les différents plastiques en circulation. Elle apparaitra désormais systématiquement au sein de chacune de vos publications de stockage en cliquant sur le terme “résine” comme ici par exemple sur mon dernier plastique référencé.

Chaque publication effectuée sur le site web Plastique mon amour! peut être relayée sur les réseaux sociaux, par exemple sur son compte twitter. C’est ce que je viens de faire pour ma publication concernant mon flacon liquide vaisselle de marque Carrefour, ici : https://twitter.com/borisperchat/status/1179476332280983552

Je n’ai pas pu restituer au complet le titre de ma publication et du fait du nombre de caractères autorisé par Twitter. J’ai donc supprimé quelques mots mais l’essentiel du message y figure.

Il existe un chantier collaboratif relatif à Twitter lequel aborde la question d’une publication automatisée depuis le site web Plastique mon amour! vers son compte twitter. Il s’agit du chantier n°5 visible sur la page des chantiers en cours.

Je vais m’atteler à effectuer une 2ème publication pour ce qui concerne mes pots à yaourt de marque Danone.

Voici mes plastiques usagés conservés dans 2 sacs. Leur accumulation est quasi quotidienne au grès de mes achats et de ma consommation. J’ai débuté le stockage de mes plastiques courant décembre. Les 2 sacs cumulés représentent un poids de 5 à 6 kg d’après mon appréciation mais cela resterait à vérifier précisément avec une balance.
La photo a été prise avec un ancien téléphone portable bas de gamme que je n’utilise plus, l’appareil photo de celui qui me sert quotidiennement ne fonctionnant plus. La photo est quelque peu floutée… je tâcherai d’en prendre une meilleure dès que possible.