Blog

Il y a un mois j’ai initié le chantier relatif à l’installation de la version 1.0 la licence RCU sous laquelle Plastique mon amour ! a été placée par mes soins. Licence (dont je suis le créateur par ailleurs) et laquelle je le précise permet de doter la création Plastique mon amour! de chantiers collaboratifs, d’une comptabilité et d’un journal de bord. Or en travaillant à la mise en route de cette version 1.0 je rencontre un problème technique qui perturbe l’écriture de mes publications au sein des rubriques du site web. Je ne vais pas entrer dans les détails techniques, disons simplement que lorsqu’au moyen de la comptabilité générale j’inscris une dépense temporelle celle-ci se répercute bien dans le tableau des dépenses mais pas sur le journal de bord. J’ai investigué un long moment avant de constater que je ne pourrais pas résoudre le problème et ensuite pour trouver une parade. Cette solution de rechange va m’obliger néanmoins à un gros travail pour permettre aux dépenses temporelles mais aussi financières de s’inscrire sur le journal de bord et les rubriques nombreuses associées comme la comptabilité pour ne citer qu’elle. 

Ce n’était pas le moment de faire un tel constat.

Le problème vient de la sauvegarde que j’ai dû utilisée après la suppression du site web par mon hébergeur. Des sites web j’en ai créés et entretenus beaucoup ; il arrive parfois même si ce n’est pas la majorité des cas, et selon le logiciel de sauvegarde utilisé que la sauvegarde contienne une défaillance. 

Je commençais à voir poindre le début d’une reprise pour ainsi dire normale de l’initiative Plastique mon amour! mais là c’est un nouveau contre-temps à laquelle je ne peux me soustraire à moins d’handicaper le site web d’une fonction majeure, son journal de bord. 

L’utilisation de la comptabilité générale est donc gelée jusqu’à nouvel ordre. Je ne peux restituer le temps passé. Le temps passé à remettre en scelle le site web après sa suppression intempestive par mon hébergeur s’est considérablement allongé. Je viens de passer environ 2h30 à lui diagnostiquer et lui trouver une voie de sortie. Au total le chantier Reprise de plastiquemonamour.fr après interruption qui comptabilise le temps dépensé à la remise en scelle de l’initiative Plastique mon amour! après la bévue de mon hébergeur totalise 8h30. Je l’alimenterai de cette donnée une fois la parade dont je parlais mise en place. L’échéance je ne la connais pas encore.

Je vais faire au mieux.

Si vous passez par là ; les données actuellement inscrite dans la comptabilité générale ne sont pas fiables mais ont valeur de tests. Merci de ne pas en tenir compte.

Note à moi même : il faudra inscrire une dépense temporelle de 25 min dans la ligne de comptabilité “Création d’une nouvelle page de comptabilité” et pour rendre compte de la création de la page ‘Dates importantes’ : plastiquemonamour.fr/dates/
ainsi que pour rendre compte de la modification des liens en page d’accueil :

Jusqu’à lors nous avions :

Ceci est une création collaborative →
Contribuer aux chantiers →

aujourd’hui j’ai modifié ces liens et nous avons désormais :

Ceci est une création originale →
Collaborative →
Les dates importantes →
Contribuer aux chantiers →

Inscrire également 20 min pour l’écriture de ce billet de blog dans la rubrique “Ecriture d’un billet sur le journal de bord”

Vendredi dernier 23 septembre, j’ai visité une exposition design qui avait lieu à Orléans où je réside. J’ai rencontré 2 designers indépendants et pour constater qu’il y a des choses qui se font en matière de récupération de déchets à des fins de design d’objets. Je leur ai évoqué l’existence de mon initiative Plastique mon amour!
Je constate que les choses avancent. Des initiatives essaiment sans doute nombreuses et partout.
L’approche que je propose avec Plastique mon amour! est selon mon point de vue pertinente et pourrait apparaitre comme tel aux yeux de designers qui souhaitent se fournir en plastiques usagés.
Dans notre volonté collective d’inventer une autre vie aux plastiques usagés, Plastique mon amour! a un rôle important à jouer et si aujourd’hui je n’ai trouvé aucun soutien (ou presque) de la part des personnes contactées ou ayant eu connaissance de l’initiative -exceptée une collègue de travail, Sandrine Godeffroy- cela pourrait changer et je vais faire un pas en ce sens.

Je suis ouvert à la possibilité que Plastique mon amour! soit utilisé par une personne ou une organisation tierce sous condition. Avant de livrer les conditions je rappelle que cette possibilité d’ouverture est prévue par la licence sous laquelle Plastique mon amour! a été placée par mes soins : la licence Richesse Collaborative Universelle (RCU).

Dans son cheminement pour devenir prochainement une richesse universelle utilisable sans restriction, Plastique mon amour! va suivre des étapes et je décide de franchir une étape supplémentaire qui stipule que j’accepte d’être sollicité par écrit pour que l’outil, l’approche proposée pour Plastique mon amour! soit utilisée au sein d’un autre projet.

Lorsque vous me soumettrez votre souhait de recourir à l’outil que j’ai mis au point au sein de Plastique mon amour! et pour votre propre usage je vais être attentif à votre projet et à vos valeurs.

Ensuite si je retiens votre demande cela ne veut pas dire que vous aurez des droits sur l’outil obtenu lequel reste ma propriété intellectuelle. Vous serez en outre tenu et conformément à la licence :

1 – de m’avertir par e-mail de l’url de la page où il est prévu que l’outil proposé par Plastique mon amour! soit utilisé et de faire apparaitre sur celle-ci un lien vers Plastiquemonamour.fr comme outil source ;
2 – de contribuer à l’avancement de la création Plastique mon amour! c’est à dire de contribuer à ses chantiers collaboratifs, à la co-écriture de son journal de bord et à la tenue de sa comptabilité générale ;
3 – de placer l’exploitation que sera ainsi faite de l’outil proposé par Plastique mon amour! à son tour sous licence RCU (Richesse Collaborative Universelle) et selon les mêmes conditions décrites ci-dessus.

Au sein de la licence RCU, Plastique mon amour! est désormais en licence RCU de type 2. Je reviendrai un peu plus tard pour mettre à jour la page référente du site.

Sollicitez-moi par écrit si vous souhaitez utiliser l’outil utilisé sur Plastique mon amour!
Merci d’utiliser à cette fin le formulaire de contact

Depuis le début de l’initiative Plastique mon amour! fin 2018 et ma décision de ne plus jeter mes plastiques usagés à la poubelle mais de les stocker, j’ai accumulé dans mon appartement plusieurs sacs remplis de plastiques. A un certains moment de mon parcours je suis parvenu à les recenser en direct sur le site web au moyen du formulaire en ligne mais cette période n’a pas pu hélas s’installer dans la durée. 

Fort heureusement j’ai continué à stocker mes plastiques malgré la frustration de ne pouvoir continuer à leur donner existence sur le site web.

Ma décision récente de reprendre en main l’initiative me conduit désormais à ressortir tous les plastiques accumulés depuis bientôt 4 ans. 

C’est ce que j’ai fait cet après midi. J’ai repris quelques uns des sacs et j’ai effectué une photographie des plastiques usagés. J’ai pris note également du poids des plastiques et de leur nombre. Ensuite je les ai incorporé dans un grand sacs plastiques de 130 litres les mêmes auxquels j’ai déjà eu recours par le passé et qui permettent un stockage de grande contenance. 

Ces photographies stockés sur mon smartphone serviront prochainement à une publication sur le site web au moyen du formulaire en ligne « Je stocke désormais chez moi ce plastique ». 

Je ne publie pas les photos prises maintenant car une publication s’accompagne normalement automatiquement d’une notification de l’entreprise, de la marque, sur les réseaux sociaux mais là je ne me sens pas la motivation de reprendre cette pratique. Pas maintenant.

Je suis surtout motivé par l’envie d’y voir plus clair dans mon stock et de le ranger dans des grands sacs. Lorsque j’aurais photographié et recensé l’intrégralité du stock je reprendrai les publications sur le site web. 

J’y ai passé 2 heures aujourd’hui. J’ai également passé du temps à réfléchir à un moyen d’être efficace dans cette tentative d’objectiver mon stock. Mon expérience passée est très utile pour ne pas m’égarer. Et à ce titre j’ai même eu 2 idées nouvelles qui vont permettre une amélioration du formulaire en ligne « Je stocke désormais chez moi ce plastique ».

J’ai noté sur un brouillon pour le moment ces idées et j’en ferai très prochainement des chantiers lorsque la remise en route de la comptabilité et des chantiers collaboratifs sera achevée.

Un aperçu de mon stock :

Je suis en train d’installer la version 1.0 de la licence d’exploitation des oeuvres de l’esprit sous laquelle Plastique mon amour! est placée. Il existe une page évoquant ce placement sous licence que je vous invite à lire lequel a été effectué dès le démarrage de l’initiative Plastique mon amour!

Cette licence intitulée Richesse Collaborative Universelle (RCU) a été créée par mes soins il y a plusieurs années et l’installation de sa version 1.0 sur Plastique mon amour! est importante à mes yeux.

Elle va permettre une meilleure gestion du projet Plastique mon amour!

La licence RCU en effet ne se contente pas d’être une licence elle apporte de surcroit plusieurs outils (la comptabilité générale, les chantiers collaboratifs et le journal de bord) qui sont des rubriques structurantes.

L’installation de la version 1.0 va s’étaler sur plusieurs jours et j’en suis à l’étape de l’installation de la comptabilité générale.

Le temps dépensé à cette refonte sera comptabilisé dans une rubrique de la comptabilité générale.

Ce n’est pas la première fois que je vais tenter une reprise de l’initiative après interruption. Il y a eu 2 précédentes tentatives, une en septembre 2021 et l’autre en mars 2022 lesquelles ont dû être finalement avortées pour des raisons de planning personnel et professionnel mais aussi spécialement du fait de la suppression par accident du site par mon hébergeur web. De cet accident je ne suis pas parvenu à rétablir l’ensemble des données présentes avant la suppression intempestive et encore aujourd’hui je constate des manques.

J’ai en tête une autre approche pour que je puisse maintenir cette nouvelle reprise dans le temps et permettre à l’initiative d’aller jusqu’à son plein développement.

La bonne nouvelle c’est que je n’ai pas abandonné la pratique débutée il y a 3 ans dorénavant (en septembre 2019) à savoir le stockage de mes plastiques usagés. Le stock grossit de jour en jour. Ce n’est pas une chose nécessairement aisée de stocker tous ses plastiques mais j’estime qu’il est nécessaire de le faire. L’autre bonne nouvelle c’est que la licence collaborative sous laquelle l’initiative est placée ainsi que ses outils (la comptabilité, les chantiers et le journal de bord) connait un nouveau départ dont je compte faire profiter Plastiquemonamour.fr.

Je me souhaite bonne chance et du courage en gardant à l’esprit qu’il y aura une satisfaction quand nous pourrons constater que les plastiques ne finiront plus enfin leur route au fond des estomacs que ce soit celui des oiseaux, celui des mammifères marins ou des autres peuplades des océans.

Je m’apprêtais à passer une commande sur le site web de fourniture et matériel de bureau Top Office www.top-office.com/ découvert après une recherche sur mon moteur de recherche préféré, commande que j’aurais reçue ensuite dans un relais colis près de chez moi, quand je me suis posé la question de l’emballage de livraison. Il est fort probable que celui-ci contienne du plastique (par exemple une enveloppe à bulle étant donné la taille de la commande que je souhaitais passer) et cela me freine dans mon élan. Il se peut aussi qu’il n’en contienne pas… Et pourquoi ne pas demander à l’entreprise expéditrice, Top Office en l’occurrence avant que je passe commande et afin de savoir s’il est approprié pour moi de recourir à elle ? Ses tarifs sont intéressants mais cela ne fait pas la seule différence dans mon cas ; son emprunte plastique compte tout autant. Il m’arrive (souvent) de ne pas acheter un produit ou d’en préférer un autre compte tenu de son emprunte plastique et jamais je n’avais encore tenté de la solliciter avant l’achat pour lui demander de clarifier à quelle charge plastique supplémentaire je pouvais m’attendre. En attendant de créer une rubrique dédiée au sein de PlastiqueMonAmour.fr je vais lui adresser un message sur sa page de contact pour lui demander donc quel sera l’emballage si je lui passe commande.
Ce n’est pas la première fois que je m’intéresse à la question du plastique pour ce qui est de la livraison des colis. J’avais eu la même interrogation avec la commande que j’avais reçue de Zalando mais l’accident survenu sur PlastiqueMonAmour.fr m’a coupé dans mon élan. La bonne nouvelle c’est que je vais avoir désormais plus de temps pour PlastiqueMonAmour!. Je vais pouvoir référencer en conséquence mes plastiques qui dorment encore stockés dans d’immenses sacs poubelles. Plastique mon amour! n’en référence encore en effet qu’une infime partie. Mon stockage a débuté fin 2018, j’en suis désormais à presque 3 ans et demi d’accumulation.

J’ai créé un chantier pour que nous puissions nous atteler à la tâche : plastiquemonamour.fr/creer-une-rubrique-questionner-une-marque-avant-achat/

Edit 22:18 : je viens d’adresser le message c-dessous sur la page de contact :

Bonjour,

Je m’apprête à effectuer une commande sur votre site web : www.top-office.com/cle-usb-ultra-dual-drive-sandisk-32-go.html
Je me posais la question de l’emballage de livraison dans lequel vous allez m’expédier la clef usb ; y aura-t-il du plastique ? Prévoyez-vous par exemple d’expédier ma commande dans une enveloppe à bulle ? Ou prévoyez-vous un autre type d’emballage de colis ? Pourriez-vous me préciser ce point ? C’est important pour moi.
Merci de votre éclairage,
Bien cordialement,
Boris PERCHAT

 

Mise à jour du 2 septembre 2022 :

Je n’ai reçu aucun retour de la part de l’entreprise Top Office.
J’ai fini par lui passer commande quelque temps plus tard de la clef usb dont j’avais besoin.
L’entreprise m’a abonné à sa newsletter ensuite mais sans doute cela a été un processus automatique.

Je pensais que je bénéficierai de plus de temps et d’énergie pour réhabiliter les contenus qui ont été perdus suite à une suppression intempestive de plastiquemonamour.fr par mon hébergeur mais de toute évidence je me trompais. Nous sommes le 24 mars 2022 soit un peu plus de 6 mois après le constat de la perte de contenu occasionnée par cet accident de parcours et force est de constater que je ne suis parvenu qu’à ré-incorporer qu’une partie du contenu disparu.

Et pour faire un retour un peu plus précis des dégâts et réparations :

  • Discussion avec l’hébergeur pour faire le constat de la catastrophe et échanger avec lui par téléphone et par email : des heures. Je n’ai pas tenu de comptabilité précise hélas mais je dirais que mis bout à bout ces échanges représentent au bas mot 12 heures
  • Stress : énorme et notamment pour lui demander un dédommagement qui tienne compte de l’énormité de la bévue sachant que plusieurs autres sites web que plastiquemonamour.fr de ma création ont été également impactés
  • Dédommagement offert par l’hébergeur : une année d’abonnement gratuit sur mon contrat d’hébergement : de mon point de vue c’est très insuffisant si on compare ce dédommagement aux désagréments subis
  • Evaluation de la sauvegarde du site web plastiquemonamour.fr en ma possession et évaluation de la sauvegarde récupérée sur ses serveurs puis réhabilitation de la sauvegarde retenue : 3h00
  • Ajustements et corrections pour permettre au site web de retrouver sa tenue (réhabilitation des plugins et paramétrages) : 1h45
  • Nouvelles photos quand celles-ci manquaient : 1h00
  • Articles sur blog : 0h45

Le site web a disparu complètement du web durant 2 semaines, précisément du 22 juillet 2021 au 8 août 2021 suite à une erreur de manipulation de mon prestataire d’hébergement.

Je disposais bien d’une sauvegarde de plastiquemonamour.fr mais celle-ci n’était pas toute récente. Mon hébergeur a également pu récupérer une sauvegarde du site web présente sur ses serveurs. Après évaluation du contenu des 2 sauvegardes c’est la mienne que j’ai finalement restaurée.
Cette restauration n’a pas permis une restitution dans leur intégralité des données. Il y a eu une perte de données qui m’oblige à un travail de réhabilitation des éléments disparus. Notamment, un certains nombre de plastiques usagés issus de mon stock et référencés sur le site web ont disparu que je devrai référencer de nouveau.

Je vais autant que possible “profiter” de cet événement malencontreux pour apporter des modifications et améliorations dont je ferai part ultérieurement sur ce blog et notamment de façon à offrir le moyen à tout internaute de naviguer aisément au sein des données déjà présentes.

Mes plastiques usagés stockés chez moi s’accumulent toujours jour après jour au fur et à mesure de mes achats. Leur publication sur ce site web est ralentie. Elle reprendra très prochainement.

Je viens de créer 2 nouveaux chantiers collaboratifs en conséquence de ces nouvelles :

Accessible ici : plastiquemonamour.fr/enrichissement-et-amelioration-du-formulaire-je-stocke-sans-attendre

Après l’avoir créé j’y ai mentionné une première amélioration en commentaire ici : plastiquemonamour.fr/enrichissement-et-amelioration-du-formulaire-je-stocke-sans-attendre/#comment-188

Ces 2 dernières semaines j’ai travaillé à améliorer les 4 pages relatives à la rubrique PROJET

Elles sont désormais praticables. Vous pouvez les alimenter de références dont vous auriez vous-mêmes connaissance.

Projets de recyclage de plastiques →
Projets de retour en magasin des plastiques →
Projets de réemploi de plastiques →
Projets de réutilisation de plastiques →

J’y travaille depuis plusieurs jours et pour rendre les chantiers plus attrayants et plus fonctionnels.

Voici la refonte accessible ici. Chaque utilisateur du site web peut y ajouter ses propres chantiers pour peu qu’il créé un compte utilisateur.

L’ancienne rubrique relative aux chantiers, pour comparaison, est toujours visible.

En outre, dorénavant, une comptabilité accompagne les chantiers qui permet à chaque contributeur des chantiers de rendre compte du temps passé et des dépenses effectuées dans l’avancement des chantiers.

Enfin, des chantiers spécialisés dans l’amélioration des fonctionnalités du présent site web existent. Ils sont les chantiers web et viennent en complément des chantiers généraux évoqués plus haut.

L’ensemble de ces rubriques directement issue de la licence à laquelle Plastique mon amour! est rattachée ne sont pas achevées et suivront un processus d’amélioration constante.

Edit du 25 janvier 2021 :

j’ai passé beaucoup de temps à créer Plastiquemonamour! depuis son lancement durant l’été 2019. Je l’alimente sur mon temps de loisir. Il arrivé que je m’en éloigne pour y revenir par la suite. L’investissement n’a pas été constant et de fait de changements dans ma vie principalement des changements professionnels.
A des fins de comptabilité si je devais faire une estimation, j’évalue la durée total consacrée à créer et mettre à jour le site web à 14 jours à raison de 10 heures par jour, soit 140 heures, soit 8400 minutes. Je n’y inclue pas le temps de réflexion. C’est en effet une création originale et il y a souvent nécessité de réfléchir à la manière de présenter et d’orienter les éléments déjà en place.

Il y a également nécessité de comptabiliser le temps passé à stocker les plastiques usagés ainsi que le temps passé à effectuer une déclaration sur le site web au moyen des formulaires en ligne. J’y reviendrai une prochaine fois.

J’ai ajouté 8400 minutes à la ligne “Mise en route du site web Plastique mon amour!” au sein de la comptabilité générale

Ces 2 valeurs (l’état et la propreté) étaient jusqu’à lors liées l’une à l’autre pour ce qui concerne les plastiques que l’on a choisis de stocker sans attendre. C’est ainsi qu’il était possible d’indiquer qu’un plastique était à la fois propre et en bon état, ou propre mais en mauvais état.

J’ai décidé d’aller plus loin en dissociant ces 2 valeurs.

Il est ainsi désormais possible de renseigner l’état de propreté et l’apparence du plastique séparément :

Etat :

  • Intact
  • Intact à une rayure près
  • Une déchirure
  • Plusieurs déchirures
  • Difforme
  • Méconnaissable

Propreté :

  • Parfaitement propre
  • Propre
  • Une trace de salissure
  • Quelques traces de salissure
  • Sale
  • Très sale

J’ai adressé le message suivant à M. Thierry Cousin, Vice-Président délégué à la Gestion des déchets d’Orléans Métropole. La communication s’est faite sur la boite email principal du service de gestions des déchets d’Orléans Métropole.

Bonjour M. Cousin,

Je vous ai découvert dans un reportage sur France3 diffusé il y a quelques semaines. Je viens vers vous aujourd’hui pour vous proposer une expérimentation.
Depuis bientôt un an je ne jette plus mes plastiques usagés (notamment les emballages) dans ma poubelle. Je les conserve dans un contenant que j’ai baptisé ‘Plastibelle’. Celle-ci ne remplace pas ma poubelle de déchets ménagers classique ni même le container de tri (bac jaune) mais les complète.
J’utilise un sac poubelle plastique comme contenant de ma plastibelle mais il est question de réfléchir à un concept plus élaboré et de façon à permettre un tri des plastiques selon leur résine de fabrication.
Je m’apprête à créer un site web dédié à la plastibelle et que cette création soit le fruit d’une collaboration. Voulez-vous vous joindre à nous ? Nous pourrions en plus de cette co-création à laquelle vous participeriez, envisager une expérimentation à grande échelle sur Orléans auprès d’habitants.
Voici le lien annonciateur de la co-création : plastiquemonamour.fr/declaration-dintention-en-vue-dune-co-creation-plastibelle
En vous souhaitant bonne réception de mon invitation, je vous prie de croire, M. Cousin, en l’expression de mes salutations les plus sincères.
Boris Perchat

Mise à jour : je n’ai pas obtenu de réponse de la part de Monsieur Cousin. Le message lui est bien parvenu. J’en ai eu la confirmation par l’une de ses collaboratrices quelques jours plus tard après lui avoir adressé.

L’idée d’un contenant baptisé ‘Plastibelle’ (contraction des termes ‘plastique’ et ‘poubelle’) qui permette un stockage de ses plastiques usagés en vue d’alimenter des projets de réemploi, réutilisation, recyclage et de retour en magasin est née d’une prise de conscience effectuée par étape et décrite dans les articles suivants :

Il existe un schéma récapitulatif du principe général de la plastibelle tiré d’un article cité ci-dessus dont je vous recommande la lecture si vous ne devez en lire qu’un :

Aujourd’hui la plastibelle nécessite son propre site web où nous allons collectivement réfléchir et discuter de la forme à lui donner afin de répondre notamment aux questions suivantes :

  • Comment la rendre accessible au plus grand nombre ?
  • Comment la rendre facile d’utilisation ?
  • Comment la rendre durable dans le temps ?
  • Quels matériaux utiliser pour la fabriquer ?

Le nom de domaine plastibelle.fr a déjà été créé par mes soins mais il nous reste maintenant à mettre en route un site web dédié qui servira d’espace à nos échanges.

Si vous êtes partant pour devenir co-créateur(trice) du site web plastibelle.fr puis au sein de celui-ci de la conceptualisation et de la fabrication de la plastibelle à proprement dit, merci de manifester votre intention en commentaire ci-dessous ou par le biais de ma page de contact.

Une fois que nous aurons constitué un petit groupe de travail, j’ouvrirai un espace de discussion privé sur platibelle.fr où nous pourrons commencer nos discussions en commun sur les questions évoquées et d’autres soumises par chacun des co-créateurs.

Un mot sur les finances : la réservation du nom de domaine plastibelle.fr a nécessité le versement de 6 € TTC pris en charge par mes soins. Pour ouvrir l’hébergement et commencer la publication de page, il faudra compter 1 € HT par mois pendant la première année puis 8 € HT par mois les années suivantes. C’est relativement indolore mais je vous présenterai néanmoins un mode de financement collaboratif original déjà éprouvé par ailleurs et qui fonctionne. Celui-ci servira par ailleurs aux autres frais éventuels qui se présenteront sur notre chemin à mesure que nous concrétiseront la plastibelle au plus du plus grand nombre.

Un mot sur les droits de création qui s’en suivront : le site plastibelle.fr ainsi que toutes les contributions qui seront apportées respectivement par chacun seront encadrés par une double licence : une licence par copyright qui servira à nous prémunir du plagiat ainsi qu’une licence créée par mes soins, intitulée Richesse Collaborative Universelle et qui vise à transformer étape par étape une création sous copyright en une richesse universelle au service du bien commun comme c’est le cas avec le présent site web Plastique mon amour!. J’en débattrai avec vous sur l’espace privé une fois créé.

 

Dans mes précédents articles concernant la plastibelle, ici et , j’ai parlé de celle-ci comme d’une solution mise en place à un niveau individuel mais rien n’empêcherait qu’une plastibelle voit le jour au sein d’un groupe et bien au contraire. Pour prendre mon cas, je suis locataire dans un appartement situé dans un immeuble composé de 6 appartements au total. Nous disposons d’un local à poubelle collectif dans lequel siègent un container à poubelle de déchets ménagers et un container de tri où nous déversons nos déchets individuels respectifs. Une fois à 2 fois par semaine et comme des millions de foyers en France nous sortons ces 2 containers pour qu’ils soient vider par les services municipaux de ramassage des déchets.

Une 3ème poubelle, une plastibelle, pourrait aisément venir compléter les 2 premières.

Elle permettrait qu’il y soit déversé les emballages plastiques qui ne sont pas habilités à être jetés dans les 2 autres poubelles et qui, on le sait, perturbent les centres de traitement des déchets municipaux du fait qu’ils sont souvent affectés au mauvais container.

Ensuite soit une personne de l’immeuble se chargerait d’emporter les plastiques usagés contenus dans la plastibelle vers des projets de réutilisation, de réemploi, de recyclage ou de retour en magasin demandeurs, soit les services municipaux trouveraient un intérêt à les ramasser selon une pratique et une fréquence à définir.

Cela pose la question de la forme que doit prendre la plastibelle. Il faut qu’elle puisse recevoir séparément les plastiques composés de résines différentes.

Il est temps de travailler à cette forme et ce sera l’objet de la prochaine publication sur ce blog.

 

 

Carrefour

J’ai posté différentes publications relatives à Carrefour sur Plastique mon amour! dont la première date du 26 septembre 2019. Chacune d’elles étaient relayées sur mon compte twitter personnel, comme ici, ici ou . Un premier retour de Carrefour a eu lieu le 24 octobre. J’ai adressé à l’enseigne ma réponse. Puis j’ai posté un tweet le 3 novembre 2019 en réaction à l’ouverture de leur plateforme Mission Zéro Plastique. J’ai poursuivi par le publication d’une lettre annoncée dans un tweet du 7 novembre 2019. Carrefour m’a répondu le jour même et j’ai apporté à leur réponse des commentaires. Le 19 novembre 2019 j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec le responsable RSE de l’enseigne. Ce dernier m’a adressé un message sur twitter après notre rencontre et pour rebondir sur mes tweets. Je lui ai répondu dans la foulée. J’ai poursuivi le 26 novembre 2019 en soumettant Carrefour à de nouvelles remarques ainsi qu’une proposition. Il n’y a pas eu de réponse de la part de l’enseigne à ce jour.

Picard

J’ai effectué une publication relative à Picard sur Plastique mon amour! datée du 15 octobre 2019. Je l’ai relayée sur mon compte twitter personnel. Le lendemain l’enseigne poste un commentaire auquel je réponds. Nous échangeons ensuite par message privé sur twitter. Je relance l’enseigne par un tweet. Picard me répond par message privé. Elle ne pourra pas donner suite.

Danone

J’ai effectué une publication relative à Danone sur Plastique mon amour! le 27 septembre 2019. J’ai l’ai relayée sur mon compte twitter personnel. Le 19 novembre 2019 j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec la secrétaire générale de l’entreprise Danone. Cette dernière m’a adressé un message sur twitter après notre rencontre et pour rebondir sur mon tweet stipulant notre rencontre. J’ai liké son tweet. J’ai poursuivi le 26 novembre 2019 en soumettant Danone de nouvelles remarques ainsi qu’une proposition. Il n’y a pas eu de réponse de la part de l’entreprise à ce jour.

 

Bref rien de concret à ce jour ni même des autres entreprises / marques contactées : Lutti, Vivien Paille, Prince de LU, .

J’ai enrichi la rubrique chantiers collaboratifs en cours de 2 nouveaux chantiers que voici :

Chantier 6 : Identifier des projets de retour en magasin respectueux du vivant, de la planète et des générations futures susceptibles de recourir à des plastiques usagés
Page d’origine • Accéder au chantier →

.

Chantier 7 : Définir les critères d’un projet ‘respectueux du vivant, de la planète et des générations futures’
Accéder au chantier →

 

Je pense qu’il est utile de préciser quels sont mes liens avec l’industrie du plastique car il ne fait nulle doute qu’il y aura des personnes pour se poser la question du pourquoi du comment du présent site web et bien que j’ai clarifié ce point dans la rubrique A propos de et les pages qui lui sont attachées.

Je n’ai aucun lien avec l’industrie du plastique.  

Il y a eu un lien lorsque j’ai été investi à créer une filière de valorisation des CD et DVD usagés de juin 2016 à juin 2018 (j’en parle ici) filière dont je n’aurais pas été le propriétaire mais l’architecte. J’étais alors en contact avec un recycleur de plastiques pour écouler les stocks de CD et DVD usagés (95% de plastique). Mais ce lien avec le recycleur n’existe plus aujourd’hui et c’est le recycleur qui a coupé les ponts avant que je ne ferme ma société au sein de laquelle je m’investissais à créer la filière.

Vous savez tout.

 

 

J’ai réalisé une page au sein de laquelle je présente la codification internationalement utilisée pour distinguer les différents plastiques en circulation. Elle apparaitra désormais systématiquement au sein de chacune de vos publications de stockage en cliquant sur le terme “résine” comme ici par exemple sur mon dernier plastique référencé.

 

Chaque publication effectuée sur le site web Plastique mon amour! peut être relayée sur les réseaux sociaux, par exemple sur son compte twitter. C’est ce que je viens de faire pour ma publication concernant mon flacon liquide vaisselle de marque Carrefour, ici : twitter.com/borisperchat/status/1179476332280983552

Je n’ai pas pu restituer au complet le titre de ma publication et du fait du nombre de caractères autorisé par Twitter. J’ai donc supprimé quelques mots mais l’essentiel du message y figure.

Il existe un chantier collaboratif relatif à Twitter lequel aborde la question d’une publication automatisée depuis le site web Plastique mon amour! vers son compte twitter. Il s’agit du chantier n°5 visible sur la page des chantiers en cours.

Je vais m’atteler à effectuer une 2ème publication pour ce qui concerne mes pots à yaourt de marque Danone.

Voici mes plastiques usagés conservés dans 2 sacs. Leur accumulation est quasi quotidienne au grès de mes achats et de ma consommation. J’ai débuté le stockage de mes plastiques courant décembre. Les 2 sacs cumulés représentent un poids de 5 à 6 kg d’après mon appréciation mais cela resterait à vérifier précisément avec une balance.
La photo a été prise avec un ancien téléphone portable bas de gamme que je n’utilise plus, l’appareil photo de celui qui me sert quotidiennement ne fonctionnant plus. La photo est quelque peu floutée… je tâcherai d’en prendre une meilleure dès que possible.