plastibelle

L’idée d’un contenant baptisé ‘Plastibelle’ (contraction des termes ‘plastique’ et ‘poubelle’) qui permette un stockage de ses plastiques usagés en vue d’alimenter des projets de réemploi, réutilisation, recyclage et de retour en magasin est née d’une prise de conscience effectuée par étape et décrite dans les articles suivants :

Il existe un schéma récapitulatif du principe général de la plastibelle tiré d’un article cité ci-dessus dont je vous recommande la lecture si vous ne devez en lire qu’un :

Aujourd’hui la plastibelle nécessite son propre site web où nous allons collectivement réfléchir et discuter de la forme à lui donner afin de répondre notamment aux questions suivantes :

  • Comment la rendre accessible au plus grand nombre ?
  • Comment la rendre facile d’utilisation ?
  • Comment la rendre durable dans le temps ?
  • Quels matériaux utiliser pour la fabriquer ?

Le nom de domaine plastibelle.fr a déjà été créé par mes soins mais il nous reste maintenant à mettre en route un site web dédié qui servira d’espace à nos échanges.

Si vous êtes partant pour devenir co-créateur(trice) du site web plastibelle.fr puis au sein de celui-ci de la conceptualisation et de la fabrication de la plastibelle à proprement dit, merci de manifester votre intention en commentaire ci-dessous ou par le biais de ma page de contact.

Une fois que nous aurons constitué un petit groupe de travail, j’ouvrirai un espace de discussion privé sur platibelle.fr où nous pourrons commencer nos discussions en commun sur les questions évoquées et d’autres soumises par chacun des co-créateurs.

Un mot sur les finances : la réservation du nom de domaine plastibelle.fr a nécessité le versement de 6 € TTC pris en charge par mes soins. Pour ouvrir l’hébergement et commencer la publication de page, il faudra compter 1 € HT par mois pendant la première année puis 8 € HT par mois les années suivantes. C’est relativement indolore mais je vous présenterai néanmoins un mode de financement collaboratif original déjà éprouvé par ailleurs et qui fonctionne. Celui-ci servira par ailleurs aux autres frais éventuels qui se présenteront sur notre chemin à mesure que nous concrétiseront la plastibelle au plus du plus grand nombre.

Un mot sur les droits de création qui s’en suivront : le site plastibelle.fr ainsi que toutes les contributions qui seront apportées respectivement par chacun seront encadrés par une double licence : une licence par copyright qui servira à nous prémunir du plagiat ainsi qu’une licence créée par mes soins, intitulée Richesse Collaborative Universelle et qui vise à transformer étape par étape une création sous copyright en une richesse universelle au service du bien commun comme c’est le cas avec le présent site web Plastique mon amour!. J’en débattrai avec vous sur l’espace privé une fois créé.

 

Dans mes précédents articles concernant la plastibelle, ici et , j’ai parlé de celle-ci comme d’une solution mise en place à un niveau individuel mais rien n’empêcherait qu’une plastibelle voit le jour au sein d’un groupe et bien au contraire. Pour prendre mon cas, je suis locataire dans un appartement situé dans un immeuble composé de 6 appartements au total. Nous disposons d’un local à poubelle collectif dans lequel siègent un container à poubelle de déchets ménagers et un container de tri où nous déversons nos déchets individuels respectifs. Une fois à 2 fois par semaine et comme des millions de foyers en France nous sortons ces 2 containers pour qu’ils soient vider par les services municipaux de ramassage des déchets.

Une 3ème poubelle, une plastibelle, pourrait aisément venir compléter les 2 premières.

Elle permettrait qu’il y soit déversé les emballages plastiques qui ne sont pas habilités à être jetés dans les 2 autres poubelles et qui, on le sait, perturbent les centres de traitement des déchets municipaux du fait qu’ils sont souvent affectés au mauvais container.

Ensuite soit une personne de l’immeuble se chargerait d’emporter les plastiques usagés contenus dans la plastibelle vers des projets de réutilisation, de réemploi, de recyclage ou de retour en magasin demandeurs, soit les services municipaux trouveraient un intérêt à les ramasser selon une pratique et une fréquence à définir.

Cela pose la question de la forme que doit prendre la plastibelle. Il faut qu’elle puisse recevoir séparément les plastiques composés de résines différentes.

Il est temps de travailler à cette forme et ce sera l’objet de la prochaine publication sur ce blog.